Les Chroniques de Sorohar

TOME 2

Le cycle de la Triade Pourpre

Requiem

 

***

 

 

       À la suite d’un contact malheureux avec l’au-delà, Sohan, jeune chaman de la tribu de Kheras, se retrouve possédé par un esprit malveillant. Incapable de résister à son influence, il commet l’irréparable et découvre qu’il ne peut se débarrasser de cet esprit qui le parasite. Banni de son village, il n’a plus qu’une solution : remplir la mission que lui ont confié les esprits pour racheter ses fautes, à savoir, aider une âme innocente, clef de bien des mystères.
       C’est ainsi que le jeune homme rencontre Enora, une adolescente mue par le désir de sauver ses parents qu’elle prétend injustement retenus prisonniers. Seulement, dans un empire ravagé par la peste rouge, perdant peu à peu le contrôle de lui-même, ce dernier a bien du mal à la protéger des dangers qu’ils croisent. Leur rencontre avec Kallen, un ancien capitaine de la garde royale, et Zabriel, un étrange individu aux motivations incertaines, les conduira à percer le secret de l’entité habitant Sohan et celui de la Secte du Soleil ; un voyage qui pourrait bien n’être que la première étape d’une aventure plus grande et plus mystérieuse encore.

 

 

***

 

Caractéristiques du livre :

 


Nombre de pages :
265
Catégorie :
Fantasy / Romance (MF & MM)
Editeur : MxM Bookmark
Etat : Sortie prévue janvier 2019

 


Présence de romance homosexuelle légère dans ce tome.

 

Extrait

 

      Quelques minutes plus tard, le chaman atteint une grosse branche à première vue bien solide. S'assurant qu'elle ne représente véritablement aucun risque, il y dépose l'adolescente et lui indique de se caler à la base de celle-ci. Enora remarque en effet que le tronc se trouve légèrement creusé à cet endroit. Elle pourra s'y loger sans crainte de tomber durant son sommeil. Néanmoins, elle sursaute en constatant que le jeune homme commence à redescendre. L'interpellant, elle s'exclame :

Sohan, ne pars pas ! Tu comptes me laisser toute seule ?

C'est plus prudent, en effet, confirme-t-il. Je ne serai pas loin. L'arbre en face. Nous serons voisins. Tu ne voudrais pas qu'il me reprenne une autre crise comme la nuit dernière ? Si ça devait arriver, à cette hauteur, une chute pourrait t'être fatale.

      Certes, la demoiselle a bien entendu la plaidoirie de son camarade. Seulement, peu rassurée à l'idée de demeurer seule sur son perchoir, elle entend le convaincre de rester en dépit des risques.

Il n'est pas certain que tu refasses une crise...

      Le sorcier interrompt sa descente, hésitant. Lui adressant un regard provocateur, il lui fait remarquer :

Je croyais que tu ne me faisais pas confiance. Pas assez pour me parler de toi, aux dernières nouvelles. N'as-tu pas accepté ma présence dans l'unique but de te protéger de cet homme qui s'en est pris à toi dans l'éventualité où il referait surface ? D'ailleurs, tu ne m'as toujours pas parlé de lui. Tu le connais, n'est-ce pas ? Quoi qu'il en soit, je ne suis pas certain que sur cette branche, tu cours un danger qui nécessite ma présence. Au contraire, ce serait plutôt moi le danger.

      Le chaman dit vrai. À l'origine, Enora entendait bien limiter les contacts entre eux à une simple protection. Il demeure qu'à le côtoyer, à le découvrir peu à peu, celle-ci en vient à se sentir vulnérable lorsqu'il s'éloigne et ce, malgré sa tentative pour l'étrangler. La nuit est là. Dans l'obscurité, au sein de cet environnement hostile, à plusieurs pieds au dessus du sol, rester seule est la dernière chose qu'elle souhaite. Son comportement infantile lui attire de nouvelles moqueries.

Allons, n'as-tu pas passé l'âge d'avoir peur du noir ?

      Rouge de honte, celle-ci arrache une petite brindille de l'arbre dans lequel elle se tient et la lui lance tout en protestant avec véhémence.

Arrête de dire des bêtises ! Je n'ai pas peur du noir. Je suis assez grande pour...

      Le hululement d'un hibou la coupe dans son élan. Si Sohan évite le projectile en penchant simplement sa tête sur le côté, il se met à rire de bon cœur. Décidément, la petite l'amuse. À se faire passer pour une grande, elle ne parvient finalement qu'à dévoiler ses faiblesses. Selon lui, cela a quelque chose de touchant.

Soit, abandonne-t-il. Je remonte.

     Satisfaite, sa camarade le regarde la rejoindre avec un profond soulagement. Triomphante, elle ne peut s'empêcher d'arborer un sourire victorieux. Seulement, lorsque le magicien parvient à se hisser à sa hauteur, ce dernier lui adresse une tape amicale sur la tête et lui fait remarquer :

Quelle demoiselle capricieuse !

      Ce coup-ci, la principale intéressée ne se fâche pas. Au contraire, frottant son crâne avec amusement, elle acquiesce franchement. Dépité, son aîné décide de jeter l'éponge. Ce petit diable a obtenu ce qu'elle voulait. Aussi se dirige-t-il en direction du creux incrusté dans le tronc et s'y installe-t-il.

      Le regardant prendre place, Enora se calme bientôt. En effet, Sohan a soulevé une question à laquelle elle est disposée à répondre. Sans introduction, elle lui révèle.

L'homme qui me poursuit... Je ne connais pas son nom mais tu as dû voir le tatouage sur son front. C'est un membre de la Secte du Soleil.

      Sohan ouvre de grands yeux mais accepte de la croire. Si toute son histoire est vraie, cette information tient la route. N'en espérant pas plus de sa part, il se tait mais l'invite à approcher d'un signe de la main. Un signe auquel l'adolescente répond sans se faire prier. En quelques bonds, elle s'empresse de venir trouver refuge dans ses bras sans plus se soucier du danger.
     A-t-elle tort de se montrer si peu vigilante ? Peut-être car à son contact, ce dernier se retrouve une nouvelle fois envahi par des images désagréables. Cette fois-ci, le souvenir de son crime. Il revoit sa victime, juste sous ses yeux. Il la sent, fébrile. Jusqu'à ce que soudain, ses illusions se juxtaposent à l'image bien réelle d'Enora. Si fragile entre ses bras. Si vulnérable. Il lui serait possible de la briser sans concession. Nul témoin pour le juger, cette fois. A part lui-même. Après tout, une fois que l'on a péché, cela importe-t-il de prendre sur soi de se retenir ou bien est-il déjà trop tard pour que quoi que ce soit vous sauve ?
     Sohan réalise subitement ce à quoi il songe. Horrifié de pouvoir ne serait-ce qu'envisager la possibilité de franchir une nouvelle fois la ligne, il tente de chasser toutes ces idées obscures de son esprit. Malheureusement, ça lui est impossible. Ces pensées ne cessent de revenir comme une obsession. Son énervement est tel qu'il en vient à frapper de son poing le tronc de l'arbre. Son attitude révèle immédiatement à sa protégée ce qui vient de traverser son esprit. C'est seulement à cet instant qu'elle réalise ce qu'elle inflige par mégarde à son ami.

Oh ! Pardonne-moi, Sohan ! Je ne voulais pas te placer dans une telle situation. Tu as raison, c'était un caprice de ma part. Si... Si tu veux t'en aller, je ne m'y opposerai pas.

      Au seuil entre la folie et la sainteté d'esprit, le chaman se mord le coin des lèvres en espérant que la douleur le maintienne conscient des limites à ne pas franchir mais il ne peut s'empêcher de rire nerveusement.

C'est trop tard pour ça, avoue-t-il. Enora, plus tu t'excuses, plus ça m'exaspère. De grâce, ferme-là !

      La violence de ces propos fait tressaillir la jeune fille. Étrangement, elle n'a pas peur. Ce qui la dérange en retour, c'est d'être responsable. Culpabilisant, elle obéit en croisant les doigts pour que Sohan se reprenne. La seule chose qui lui importe est qu'il ne commette pas quelque chose qui pourrait le détruire plus encore.
     En contrepartie, témoin de l'attitude de sa protégée, l'intéressé s'en veut de la forcer à devoir prendre tant de précautions avec lui au risque de ne plus pouvoir être librement elle-même. Il entend bien lutter contre cela tant qu'il le peut. Malheureusement, il demeure que son abjection envers sa propre personne le pousse à douter et plus il doute, plus il sent l'autre prendre l'ascendant jusque dans ses paroles. Si bien que le magicien se crispe et confesse :

Pardonne-moi mais s'il te plaît, ignore moi un moment. J'ai... J'ai besoin de calme.

      Touchée par tous ces efforts, la petite ne peut qu'acquiescer simplement et feint aussitôt de ne véritablement plus prêter attention à lui. Soulagé, ce dernier détourne la tête pour l'oublier en retour et reprendre son calme. Pour ce faire, il tente de visualiser quelque chose de plus serein. Son lac intérieur ? Pourquoi pas. Calant sa respiration sur l'ondée légère qu'il imagine, Sohan tente de reprendre le contrôle de la situation.
     Le calme est de courte durée. Oubliant d'un coup de vent ce que le chaman vient de lui demander, la petite se lève tout à coup d'un bond, poussant un soupir d'exclamation trahissant son émerveillement. Si bien qu'intrigué, le magicien rouvre les yeux pour les tourner dans sa direction.

Sohan, s'écrie-t-elle, le sourire jusqu'aux oreilles, tu vois ce que je vois ?

      Le jeune homme paraît tout aussi étonné qu'elle, face au spectacle qui prend place sous leurs yeux. Autour d'eux, une nuée de lucioles scintillantes. Leurs douces lueurs éclairent les ténèbres de centaines de petites étoiles. La mélodie mystérieuse et nocturne de la forêt, prend un aspect magique et enchanteur. Toutes les peurs s'envolent. Toutes les tensions s'apaisent. Les ombres qui assombrissaient jusqu'alors les esprits des deux spectateurs s'effacent temporairement au profit de cet instant envoûtant.
     Subjuguée, Enora se dandine de gauche à droite. Elle tend les bras pour les attirer à elle. Quelques unes viennent se poser dans ses cheveux avant de reprendre leur danse dans l'espace. Sohan en récupère une sur le bout de son doigt et l'examine avant de lui rendre sa liberté. Dans le même temps, il relève les yeux sur la jeune fille qu'il accompagne et ne peut retenir l'excitation qu'elle manifeste pour deux. Il réalise qu'en dépit des grands airs qu'elle aime à se donner, ce n'est toujours qu'une enfant. Dire qu'elle voulait voyager seule ! Pensait-elle vraiment arriver au bout de son aventure avec une telle innocence ? Il sourit, se prenant d'affection pour elle malgré le recul qu'il envisage de maintenir afin de la protéger et de se protéger lui-même.